Radio

Radio

Imprimer la fiche
La Nuit Rêvée sur France Culture (Entretien n°1)

Date : 2018
Présentation

Premier entretien du 11 novembre 2018, avec Philippe Garbit, sur France Culture

Ecouter l'entretien n° 1

Entretien avec l’écrivain et bibliothérapeute Régine Detambel qui nous révèle le rôle salvateur et pédagogique des émissions de France Culture dans sa vie. Elle revient sur ses choix de programmation, de Colette à Hollywood, en passant par Jérôme Cardan pour cette première partie de sa nuit rêvée.

Régine Detambel, qui publie Platine chez Actes Sud, dans ce premier entretien de sa nuit rêvée, fait une véritable déclaration d’amour à France Culture, chaîne qui l’accompagne depuis sa découverte quand elle avait 20 ans. Elle est alors impressionnée par la richesse de cette programmation qui lui offre "juste du sens, juste de la poésie et juste la musique des voix". Mais plus encore dit-elle, cette radio "a nourri ma psychanalyse, ma quête de soi, mon récit de soi … ça a été mon école". 

Ce  soir, elle veut entendre Colette, une voix pourtant qui provoqua chez elle un véritable choc quand elle l’écouta pour la première fois. De l’écrivain, à laquelle elle a consacré un essai, Régine Detambel dit "elle m’a appris  à écrire, tout simplement". Autre nourriture littéraire, "rencontre extraordinaire" en la figure de Jean Bazaine. Celui qui disait "On  n’est pas dans un monde en chausson quand on a 90 ans" l’a autorisé à vieillir et à travers lui, c’est sa  fascination pour les créateurs de grand âge dont elle nous parle. 

Enfin,  elle évoque le destin  de Jean Harlow, sex-symbol sacrifié des studios hollywoodiens dont elle retrace la courte vie dans Platine. Elle fait le choix de ses sujets littéraires, des vies qu’elle raconte "pour dire  ce qui n’est pas dit, pour dire ce qui est celé, ce qui est caché, ce qui est honteux".

Pauvre Jean Harlow… et pauvres épouses- ex-épouses - d’August Strindberg… ! La star hollywoodienne aux seins parfaits – disait la publicité de la MGM - et aux cheveux d’un blond platine, comme les trois épouses successives de l’auteur de Mademoiselle Julie, des Créanciers, du Père… n’ont pas eu une existence très calme, c’est le moins que l’on puisse dire. 

Est-ce pour cela que les deux derniers romans de Régine Detambel, Trois ex et Platine, leur sont consacrés ? 

Les livres prennent soin de nous, dit la romancière, essayiste et nouvelliste : à coup sûr, ces livres prennent soin de nous, lecteurs - comme la radio prend soin des auditeurs de tous âges, selon Régine Detambel, qui a souhaité, pour sa Nuit rêvée, entendre et faire entendre les voix de grands producteurs de la chaîne : Pierre Descargues, Michel Cazenave et Claude Mettra… mais aussi Colette, Françoise Héritier, Raymond Queneau…