Conférences

Conférences

Imprimer la fiche
Vieillir & Lire
Vieillir & Lire
Le lecteur du troisième âge est souvent mal connu des bibliothécaires. Comment faire de la lecture une source d'échanges et de partages ?

Présentation Nota Bene

Vieillir & lire

Quels sont les habitudes et comportements de lecture des plus de 60 ans ? Existe-t-il une spécificité du lectorat de plus de 60 ans ? Peut-on identifier des besoins documentaires propres à ce lectorat ? Quel est le rôle de la lecture chez la personne âgée ? Comment améliore-t-elle la mémoire ? Par quels processus devient-elle un acte resocialisant ? Comment fonctionne cette « bibliothérapie » ? Comment faire de la lecture une source d'échanges et de partages ?

Cette animation vous propose des outils pour améliorer l'accueil des adultes âgés en bibliothèque, pour mettre en place des projets intergénérationnels valorisant leur expérience de vie (ateliers d'écriture et lectures notamment). On y abordera aussi bien la lecture à haute voix que les ateliers de mémoire ou la collecte de récits, en insistant sur la nécessité d'entretenir un plaisir sensuel, de toucher le papier, d'entendre des voix généreuses qui transmettent la force de la littérature.

On ne sait pas grand-chose de la "vieillesse", on ne sait presque rien des super-adultes, on sait seulement, mais sans en avoir encore suffisamment conscience, que ce que nous appelons vieillesse est aussi une chose culturellement construite. Cet âge de la vie a très peu été pensé, sinon sous forme d'images d'Epinal, presque toutes négatives et stéréotypées. Il faut tout reprendre. De quoi sont faites nos représentations de l'adulte âgé ? Sur quels modèles (à renouveler, à repenser) sont-elles construites ? Dans quelle langue, sur quel lexique reposent-elles ? Les livres sont-ils de bons médiateurs pour appréhender notre propre vieillissement et celui des autres. Et si nous n'avions que des idées reçues sur les vieillesses ?

Vieillir n'implique pas le désengagement de la vie sociale. Bien au contraire ! On peut observer la remarquable ouverture des plus de 60 ans au monde extérieur, et l’amplification régulière de leurs pratiques culturelles. Malgré cela, culture et troisième âge sont rarement associés par les institutions publiques et le lecteur du troisième âge est souvent mal connu des bibliothécaires.

Cette communication s’adresse surtout aux bibliothécaires en contact avec le public âgé, à domicile ou au sein de la bibliothèque. Elle voudrait accompagner leur démarche et la prolonger dans une réflexion commune. Elle a été prononcée à la BDP de la Drôme et sera donnée en 2010 et 2011 à la Médiathèque José Cabanis de Toulouse, à la Médiathèque Les Champs Libres de Rennes, ainsi que dans les BDP de la Haute-Loire et de l'Ardèche.

Régine Detambel est masseur-kinésithérapeute, elle a fréquenté le public âgé et/ou handicapé en institution comme à domicile et souhaite transmettre cette expérience à des non-soignants. Les lecteurs âgés ou handicapés ne sont évidemment pas des patients. La bibliothèque n’est pas un lieu de soin. Et pourtant, il y a certains moments d’intimité qui ont une vraie fonction curative, comme toutes les expériences vécues profondément, intensément. Certaines lectures raniment. Dans la maladie, le handicap ou la grande vieillesse, le livre permet d’élaborer ou de restaurer un espace à soi, contre la passivité et la perte d’autonomie. La lecture est la conquête d’une position de sujet. Et les bibliothécaires, par leur situation à la conjonction de l’être et du livre, ne peuvent guère ignorer cette responsabilité parfois déconcertante…

Extrait
Une dérobade en soi-même ? Non, la lecture est une évasion nécessaire pour acquérir une vie intérieure à la fois intense et secrète, et surtout hautement réparatrice. Quand la maladie ou la grande vieillesse fait de votre corps un corps-machine qui ne fonctionne plus et vous plonge dans le noir, la littérature réinsuffle dans cette machine défaillante du souffle, du désir et du sens. Jusqu’au bout en tout cas, tant que la douleur peut être tenue en respect, la littérature relie un malade hospitalisé à la communauté des vivants, alors qu’il est réduit par la biomédecine à un corps suspect et brutalement exclu du monde par cette expérience intime qui l’isole et le terrifie…

 




Cette conférence est souvent couplée avec L'adulte extrême : comment être senior aujourd'hui ? 
Dans bon nombre de bibliothèques départementales, j'ai proposé un projet de formation sur une seule journée, dont voici la composition, avec le détail des horaires : 

Structure du projet

Matin 10/12h30
10h-11h30 Conférence-débat Comment être senior aujourd'hui ?
11h30-12h30 Atelier Vieillir & Lire (avec des notions d'art-thérapie)

Après-midi 14/16h30
14h-15h30 Conférence-débat Bibliothérapie
15h30-16h30 Café littéraire Les livres de votre vie 


Détails du contenu de la journée de formation

10 h/11h30. Conférence-débat Comment être senior aujourd'hui ?
Argumentaire
On ne sait pas grand-chose de la "vieillesse", on ne sait presque rien des super-adultes, on sait seulement, mais sans en avoir encore suffisamment conscience, que ce que nous appelons vieillesse est une chose culturellement construite. Cet âge de la vie a très peu été pensé, sinon sous forme d'images d'Epinal, presque toutes négatives et stéréotypées. Il faut tout reprendre. De quoi sont faites nos représentations de l'adulte âgé ? Sur quels modèles (à renouveler, à repenser) sont-elles construites ? Dans quelle langue, sur quel lexique reposent-elles ? Par conséquent, de quoi nous servons-nous pour appréhender notre propre vieillissement et celui des autres. Et si nous n'avions que des idées reçues sur les vieillesses ?

11h30-12h30. Atelier Vieillir & Lire
Un atelier pratique où seront soulevés les problèmes rencontrés sur le terrain (portage de documents à domicile, accueil des sujets âgés en bibliothèque, pistes à exploiter par les animateurs en maison de retraite…).
Argumentaire
Quel est le rôle de la lecture chez la personne âgée ? Comment améliore-t-elle la mémoire ? Par quels processus devient-elle un acte resocialisant ? Comment fonctionne cette « bibliothérapie » ? Comment faire de la lecture une source d'échanges et de partages ? Exemples d’art-thérapie. 
La présence à cet atelier suppose une petite «préparation» en amont : préparer des questions sur des cas concrets, rencontrés dans la pratique.
Cet atelier n’est pas spécifiquement réservé aux publics travaillant en maison de retraite. Il concerne chacun d’entre nous dans son rapport au vieillissement, et dans la perspective de déplacer les normes sociales actuelles.

12h30/14h. PAUSE DEJEUNER

14 h/15h30
Conférence-débat Bibliothérapie
Argumentaire
Le récit — tout récit — a ce pouvoir étonnant, dans les mouvements de la lecture et de l’écriture, d’arracher à soi-même et à sa douleur, en proposant des histoires enveloppantes et du sens toujours renouvelé. Nous avons tous lu d’authentiques romans médicaux, textes qui ont eu sur nous ce pouvoir étrange, parfois indépendant de leurs qualités littéraires, de nous libérer d’une certaine angoisse en nous montrant un autre chemin. 
Une exploration des vertus thérapeutiques de la lecture et de l’écriture, sur la base de textes de Colette, Henry Bauchau, Ernest Hemingway, Camille Laurens, Philippe Forest, Marc-Alain Ouaknin, Kenzaburô Oé, Didier Anzieu… Et avec la participation active d’un public toujours riche d’anecdotes et de nouvelles recettes de (sur)vie…

15h30-16h30. Café littéraire Les livres de votre vie
Quels sont ces livres qui tournent la page, qui vous confortent dans l’idée que vous aviez pris un mauvais chemin et qui vous aident à trouver le bon ? Ces livres repères qui vous autorisent ? Ces livres qui vous font écrire ? Rire ? Ces livres du matin, ces livres du soir ? Ces livres sur les livres et ces livres sur la lecture, ces livres qu’on ne finit pas et ces livres infinis ? Et même ces livres qu’on ne lit pas mais qu’on caresse ? Ces livres qui vous donnent accès à vous-mêmes…
La parole est au public !

Bio-bibliographie
Kinésithérapeute et marraine 2008 de la Semaine Bleue, Régine Detambel aborde le vaste et polémique sujet de la vieillesse au cours d'une conférence suivie d'un débat. Une réflexion poussée, étayée par le recueil de nombreux témoignages en milieu institutionnel, l'ont poussée à s'investir dans le problème des vieillesses. L’essai intitulé le Syndrome de Diogène, éloge des vieillesses (Actes Sud, 2008) pose les enjeux de cette question de société devenue brûlante, tandis que Noces de Chêne (Gallimard, 2008) explore sous la forme romanesque la sexualité encore taboue et décriée du grand âge. Noces de chêne a été sélectionné pour le Prix Chronos / Fondation Nationale de Gérontologie 2010. 
Son travail sur la bibliothérapie s’appuie notamment sur Petit éloge de la peau (Folio, 2006), Son corps extrême (Actes Sud, 2011) & Opéra sérieux (Actes Sud, avril 2012), qui aborde la thématique de la voix.