Fictions

Fictions

Imprimer la fiche
Le ventilateur
Régine Detambel
Le ventilateur
Gallimard / « Blanche »

Date de parution : 1995
ISBN : 2070743349
Format : 14,0 x 20,5 cm
160 pages

13,72 €
Lire un extrait
Présentation Presse

L'avis de l'éditeur

Le corps masculin dans son érotisme, sa sensualité, et l’hommage à toutes ces marques anonymes de la vie quotidienne, de l’humble vivre ensemble.
Une description du corps, où l’érotisme est un défi à la poétique même de la langue.

Régine Detambel a toujours mis le corps au centre de son entreprise littéraire, ici elle commence en haut, et puis descend, prend le grain de beauté, la fesse, on se lave ensemble, on se touche, se soulève, se picore entre sensualité, curiosité, assouvissement et transgression.
C’est l’histoire d’un couple qui se désunit. La jeune femme est attentive à tous les signes du désamour comme à tous les grains de la peau, à tous les poils de la barbe, à toutes les humeurs du sexe de son amant…

Blasons d'un corps masculin, paru en 2012 aux éditions Publie.net, reprend les notes et documentation utilisés autrefois pour ce roman.



Jacques-Pierre Amette, Le Point, 27 octobre 1995
Il suffit d’un ventilateur et d’une main abîmée…
Detambel, avec Le Ventilateur, a écrit un grand livre érotique et métaphorique. Un grand livre tout court…



Michèle Bernstein, Libération, 16 novembre 1995
Je t’aime, je te mange
Combien faudra-t-il de réussites mineures de ce genre pour qu’on s’aperçoive de l’ampleur qu’a prise en cinq ans et douze volumes l’œuvre de Régine Detambel ?



Bertrand Leclair, InfoMatin, 28 novembre 1995
L’amour au scalpel selon Detambel
Régine Detambel est un écrivain qui n’hésite pas à solliciter son lecteur. Beaucoup, passionnément. À la folie. D’abord sur un pur plan quantitatif puisqu’elle donne ici son douzième livre en cinq ans. Bien sûr, et c’est là qu’elle nous coince, nous contraignant une nouvelle fois à l’éloge, Le Ventilateur est le meilleur de tous…



Patrick Grainville, Le Figaro, 30 novembre 1995

Les blessures du désir
La peau des phrases offre sa consistance, son grain, son goût, sa succulence, pour constituer ce petit chef-d’œuvre avide et amer… On se demande dans ce domaine d’amour ce qui pouvait bien être encore inventé. Régine Detambel prouve que la littérature renaît sans cesse de ses redites. Car son bouquin est un joyau…



Gérard-Humbert Goury, Biba, décembre 1995

Le Ventilateur
Les mille manières de se prendre et de se déprendre quand on s’est tout dit, même l’inacceptable…



René de Ceccatty, Le Monde, 1er décembre 1995

Le désamour à nu
C’est une perfection de lucidité, de sincérité, de violence, d’acuité que ce récit de la destruction d’un couple…



Christophe Kantcheff, Les Inrockuptibles, du 6 au 12 décembre 1995

Bon vent !
Régine Detambel vient d’écrire un roman magnifique et dérangeant. Une plaie ouverte dans la littérature de confort.



Isabelle Lortholary, La Vie, 1er février 1996
Le Ventilateur
C’est l’autopsie d’une rupture : la fuite de l’autre est sensible, croissante, irrémédiable aussi. Écrite avec pudeur, distinction, talent…



La Manana , 8 septembre 1996
Novelas de mujeres
Régine Detambel es innovadora en la manera de présentar el amor y sobre todo en su expresion, que recorre los aspectos mas fisiologicos de la personalidad del amado…